Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rienquepourvous.net de  Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Je donne volontiers l'accès aux séquences en échange d'1 euro 38 pour participer à la gestion du blog. Pour cela, j'ai créé un compte https://www.paypal.com/paypalme/jbicrel et jai aussi une app Paylib pour smarthphone (demandez-moi le numéro)

QR Code à flasher

Je donne gracieusement les mots de passe des documents protégés mais exclusivement aux collègues qui m’écrivent leur demande en commentaire avec une adresse académique. La Licence indiquée sur le blog est bien entendu à respecter

 

QR Code

 

 

 

 

 

 

 

Publié par jbicrel

C'est fini ! Dara remporte la dernière surprise, merci à celles qui ont répondu, elles l'ont bien aidé.

Il y a fort longtemps, quand les enchantements existait encore, vivaient un roi dont les filles étais toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvai une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il fesait chaud, la fille du roi partaient dans le bois ; puis quand elle s’ennuyiait, elle prenait sa balle en or, la jettait en l’air et la rattrapait : s’était là son jeu favori. Mais il arrivat qu’une fois elle manquat la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparu. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Il y a fort longtemps, quand les enchantements existaient encore, vivait un roi dont les filles étaient toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvait une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il faisait chaud, la fille du roi partait dans le bois ; puis quand elle s’ennuyait, elle prenait sa balle en or, la jetait en l’air et la rattrapait : C’était là son jeu favori. Mais il arriva qu’une fois elle manqua la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparue. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.
Répondre
J
Il reste une erreur !
D
Il y a fort longtemps, quand les enchantements existaient encore, vivait un roi dont les filles étaient toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvait une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il faisait chaud, la fille du roi partait dans le bois ; puis quand elle s’ennuyait, elle prenait sa balle en or, la jetait en l’air et la rattrapait : C’était là son jeu favori. Mais il arriva qu’une fois elle manqua la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparut. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.
Répondre
J
Bravo ! Preuve que le travail collaboratif est efficace ! on réfléchit mieux à deux, trois ou quatre cervelles !
R
Voici le texte corrigé.
Il y a fort longtemps, quand les enchantements existaient encore, vivait un roi dont les filles étaient toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvait une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il faisait chaud, la fille du roi partait dans le bois ; puis quand elle s’ennuyait, elle prenait sa balle en or, la jetait en l’air et la rattrapait : C’était là son jeu favori. Mais il arriva qu’une fois elle manqua la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparu. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.
Répondre
J
Une erreur encore. "Arriver que" peut être suivi du subjonctif comme de l'indicatif.
R
Voila le texte corrigé:
Il y a fort longtemps, quand les enchantements existaient encore, vivait un roi dont les filles étaient toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvait une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il faisait chaud, la fille du roi partaient dans le bois ; puis quand elle s’ennuyait, elle prenait sa balle en or, la jetait en l’air et la rattrapait : C’était là son jeu favori. Mais il arrivât qu’une fois elle manquât la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparu. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.
Répondre
J
Dommage Émie, il reste trois erreurs.
J
Voici le texte corrigé :
Il y a fort longtemps, quand les enchantements existaient encore, vivait un roi dont les filles étaient toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvait une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il faisait chaud, la fille du roi partait dans le bois ; puis quand elle s’ennuyait, elle prenait sa balle en or, la jetait en l’air et la rattrapait : c’était là son jeu favori. Mais il arrivât qu’une fois elle manquât la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparue. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.
Répondre
J
Dommage ! deux erreurs restent à corriger
Réessaye !
J
Voici le texte corrigé :
Il y a fort longtemps, quand les enchantements existaient encore, vivaient un roi dont les filles étaient toutes belles. La plus jeune était si belle que le soleil lui-même, qui en a cependant tant vu, s’étonnait chaque fois qu’il illuminait son visage. Non loin du château du roi se trouvait une grande forêt sombre ; et, dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait une fontaine. Quand il faisait chaud, la fille du roi partait dans le bois ; puis quand elle s’ennuyait, elle prenait sa balle en or, la jetait en l’air et la rattrapait : c’était là son jeu favori. Mais il arrivât qu’une fois elle manquât la balle, qui tomba sur le sol, roula tout droit dans la fontaine et disparue. L’eau était si profonde qu’on ne voyait pas le fond.
Répondre
J
Deux erreurs restent à corriger.