Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Licence Creative Commons
Rienquepourvous.over-blog.com de Josiane BICREL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

 

 

QR Code à flasher

QR Code

Les fonctions grammaticales

  1. 1. Fonctions en rapport avec le verbe

fonctions

Caractéristiques et exemples

Natures possibles

La fonction sujet

Place privilégiée : à gauche du verbe mais s'il est inversé, il est à droite : Aussi viendra-t-il...

Il est sujet de « viendra »

Il donne au verbe ses caractéristiques de nombre, personne, genre. Ils sont venus.

Ils est sujet de « sont venus »

Réponse à une question en qui ? ou qu'est-ce qui ? Un nouveau facteur distribue le courrier.

« Un nouveau facteur » est sujet de distribue

A la voix passive, il devient complément d'agent. Le courrier est distribué par un nouveau facteur.

Le sujet peut être :

 

Un nom ou un GN : Le facteur sonne.

 

Un pronom : Celui-ci est le mien.

 

 

Un verbe à l'infinitif : Dire n'est pas faire.

 

Une proposition : Qu'il échoue me surprendrait.

La fonction complément essentiel

Place privilégiée dans la phrase : En général à droite du verbe : Julie a rencontré un imbécile mais à gauche si c'est un pronom : Julie l'a rencontré.

 

Un imbécile et l' sont compléments essentiels directs de « a rencontré »

 

Il répond aux questions qui ? quoi ? à qui ? à quoi ? de qui ? de quoi ?... posées après le verbe : Julie a rencontré qui ? un imbécile.  

 

On ne peut pas le supprimer sans changer le sens du verbe : Il ira à Paris, il verra ses amis

 

A Paris est complément essentiel de ira, ses amis est complément essentiel direct de verra.

 

On ne peut pas le déplacer sauf pour faire une phrase emphatique, en poésie par exemple. (à Paris il ira, ses amis il verra)

On peut le remplacer par un pronom : il les verra.

 

les est complément essentiel direct de verra

 

A la voix passive, le complément essentiel direct (COD) devient sujet :

Un imbécile a été rencontré par Julie.

 

Le complément essentiel peut-être :

 

Un nom ou un GN Julie a rencontré un imbécile.

 

Un pronom : Julie l'a rencontré.

 

Un pronom ou un groupe nominal prépositionnel : Tu iras à Paris. Tu parleras de lui.

 

Une proposition : Je sais que tu réussiras.

La fonction complément circonstanciel

Le complément circonstanciel peut être placé à droite ou à gauche du verbe : Il pleut ce soir / ce soir, il pleut.

 

Ce soir est complément circonstanciel de temps de « Il pleut »

 

Il peut répondre à diverses questions concernant les circonstances : quand ? où ? comment ? dans quel but ? pour quelle raison ?...

 

On peut le supprimer sans changer le sens du verbe.

 

 

Le complément circonstanciel peut-être :

 

Un nom ou un GN : Il pleut ce soir.

 

Un pronom ou un groupe nominal ou infintif prépositionnel : Elle joue dans le jardin.; Elle est venue pour jouer 

 

Un pronom : Elle y joue

 un adverbe : Elle joue toujours.

Une proposition : Il faut qu'elle rentre parce qu'il va pleuvoir.

La fonction complément d'agent

Il est placé à la droite d'un verbe à la voix passive : Le policier a été insulté par les supporters.

 

Quand on met le verbe à la voix active, le complément d'agent devient sujet.

 

Le complément d'agent peut être  :

 

Un groupe nominal prépositionnel introduit par « de » ou « par » :

Il est apprécié de tous ses voisins.

Le policier a été insulté par les supporters.

 

Un pronom précédé de « de » ou « par » :

Il est apprécié de tous.

Il a été insulté par eux.

 

 

 

 

 

 

2. Fonctions en rapport avec le nom, le pronom ou l'adjectif

 

fonctions

Caractéristiques et exemples

Natures possibles

 

L'épithète (liée ou détachée)

Elle suit ou, parfois, précède immédiatement le nom auquel elle se rattache : de bons résultats, des résultats satisfaisants.

 

Quand elle est séparée du nom, le plus souvent par une virgule, elle est appelée épithète détachée : Fini, ce travail sera utile.

 

Bons et satisfaisants sont deux épithètes liées de « résultats »

 

Elle prend le genre et le nombre du nom dont elle est l'épithète : de bons résultats, une bonne solution, un bon gâteau...

 

Dans certains cas, notamment lorsqu'elle se rapporte à un pronom, l'épithète est introduite par la préposition de.

 

Il n'y a rien de plus beau. (l'épithète beau se rattache au pronom rien).

 

Reste-t-il encore une place de libre ? (libre est épithète de place).

L'épithète peut être :

 

Un adjectif qualificatif :

Une belle soirée.

 

Un adjectif relationnel :

Une année scolaire

 

Un verbe au mode participe :

Une soirée réussie. 

 

L'attribut du sujet ou du complément d'objet

L'attribut donne des informations sur le sujet ou le complément d'objet par l'intermédiaire d'un verbe Les verbes qui peuvent réaliser ce lien sont nombreux. Le principal est "être" mais on peut rencontrer devenir, demeurer, rester (idée de continuité), paraître, sembler, se montrer, passer pour, etc. (idée d'apparence), s'appeler, se nommer, être choisi (idée de désignation). Enfin, de nombreux verbes d'action peuvent être attributifs. Il suffit que l'intention les rapproche de "être" (mourir, régner, venir, tomber, arriver) :

Il tomba malade. Il arriva fatigué.

 

Malade et fatigué sont attributs du sujet « il »

 

L'attribut s'accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte : sujet ou complément d'objet. Si l'attribut se rapporte à plusieurs noms coordonnés, il se met au pluriel.

 

Il est responsable : nous l'avons élu délégué.

délégué est attribut du complément d'objet « l' », masculin singulier.

 

Elle est déléguée.

Déléguée est attribut du sujet « elle »

L'attribut peut être :

- un nom : Son fils est médecin;
- un adjectif : Son fils est grand;
- un pronom : Ce livre est celui que j'avais perdu:
- un adverbe : Ce livre est bien;
- un infinitif : Souffler n'est pas jouer. Cette voiture est à vendre;
- une proposition : Son idée est qu'il faut poursuivre.

 

Le complément du nom

Il est toujours placé à droite du nom ou du pronom qu'il complète (en français) : un chapeau de paille, une table à repasser...

De paille est le complément du nom « chapeau », à repasser est le complément du nom « table »

 

Il prend le nombre que le sens impose : un panier de cerises/ un fruit à noyau / un fruit à pépins

Il peut être :

Un groupe nominal, un nom, un pronom ou un verbe à l'infinitif, précédé d'une préposition (le plus souvent des  prépositions « de » et  « à »):

Une cuillère à soupe, une tasse de thé, l'opinion de certains d'entre vous, un fer à souder

Une maison sans confort

Un jouet pour enfants

 

Le complément de l'antécédent

Il est toujours placé à la droite du nom ou pronom qu'il complète :

C'est ce dont je parle.

Je ne connais pas l'endroit où j'irai en vacances.

Il est toujours une proposition subordonnée relative :

Les mots que j'écris ont-ils un sens ?

 

Le complément de l'adjectif

Il est toujours placé à la droite de l'adjectif qu'il complète :

il est sûr de lui

Il peut être :

Un groupe nominal, il est fort en grammaire,  il est fou de joie , un pronom il est sûr de lui  ou un verbe à l'infinitif, Il est fier d'avoir réussi précédé d'une préposition.

Une proposition subordonnée conjonctive :

, il est certain qu'il réussira.