Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rienquepourvous.net de  Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Je donne volontiers les mots de passe mais en contrepartie je demande une contribution aux frais de publication : 1.38€ par mot de passe par PayPal ou carte bancaire avec ce bouton. La Licence indiquée sur le blog est bien entendu à respecter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QR Code à flasher

Je donne gracieusement les mots de passe des documents protégés mais exclusivement aux collègues qui m’écrivent leur demande en commentaire avec une adresse académique. La Licence indiquée sur le blog est bien entendu à respecter

 

QR Code

 

 

 

 

 

 

 

Publié par jbicrel

Le comique est l’un des cinq principaux registres. Le philosophe Bergson dans Le Rire s’est attaché à le définir et à partir de ses analyses on peut distinguer ainsi ses principales formes :

 

  1. Le comique de situation place un personnage dans une situation particulièrement ridicule.

Ex : l’arroseur arrosé, le quiproquo (personnage pris pour un autre), le comique de répétition (personnage qui tombe à trois reprises), …

  1. Le comique de mots : Des jeux de mots, des plaisanteries, un langage déformé ou inventé suscitent le rire. 

Ex : mettre « Londres en bouteille » répondre par monosyllabes « hé ? », mimer un langage « peutit… peutit… peutit… »

  1. Le comique de gestes : Les didascalies de l'auteur ou les inventions du metteur en scène imposent aux acteurs des mouvements comiques.

Ex : dans Les Fourberies de Scapin de Molière, le valet, Scapin réussit à faire entrer son maître dans un sac et le battre à coups de bâton.

  1. Le comique de caractère : la pièce se moque d’un trait de caractère, souvent par la caricature.

Ex : Dans La Duchesse d’Amalfi de John Webster, l’un des personnages, Ferdinand, a des accès de lycanthropie et dans la mise en scène de Guillaume Séverac-Schmitz le comédie joue cet aspect de son rôle avec brio mais aussi de façon caricaturale.

Dans l’Avare de Molière, Harpagon est un avare caricatural.

  1.  Le comique de mœurs : l’effet comique est produit par les usages d’une classe d’hommes ou d’une époque. C’est la satire d’un comportement social.

Dans Dom Juan de Molière, le paysan Jeannot tente de rivaliser avec Dom Juan mais s’empêtre dans un langage patoisant devant le grand seigneur qui manie le discours avec aisance.

 

Toutefois ce registre du comique revêt des nuances parfois subtiles : le grotesque, le burlesque, l’absurde, la satire, l’ironie, …