Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Licence Creative Commons
Rienquepourvous.over-blog.com de Josiane BICREL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

 

 

QR Code à flasher

QR Code

Publié par J Bicrel

Le travail préparatoire
La première lecture : laisser son esprit critique en veille, laisser "parler" le texte et la sensibilité du lecteur puis établir un premier bilan provisoire sur le genre du texte, son registre, sa forme de discours.
Une lecture contextualisée : S'interroger sur l'auteur, son œuvre, son époque, le courant ou le mouvement littéraire dans lequel il s'inscrit et les rapports avec le texte à étudier.
Une lecture analytique : examiner le texte avec un maximum de précision en sélectionnant les outils d'analyse les plus appropriés à sa forme et/ou à son genre : champs lexicaux, images, figures de style, rythme, situation d’énonciation, structure

L'élaboration du plan
Chaque texte autorise plusieurs plans acceptables et il n'existe pas de plan type ; seuls sont proscrits les plans qui distinguent le fond (=le contenu, ce qui est dit) de la forme (= la manière de dire) et les plans qui se contentent de suivre le cheminement du texte servilement sans chercher à démontrer quoi que ce soit et sans répondre à une problématique. En STL, des pistes sont données dans le libellé du sujet et il faut bien sûr en tirer parti
Il s'agit ici de regrouper les observations faites au cours du travail préparatoire sous deux ou trois axes de lecture. Les axes correspondent aux hypothèses que l'on formule sur le sens ou les enjeux du texte. Pour convaincre le lecteur de la pertinence de ces hypothèses, on s'appuie sur les résultats des analyses que l'on classe en 2 ou 3 sous-parties par axe.


Pour lier lecture analytique et élaboration du plan, on peut utiliser un tableau :
 

citationanalyseinterprétationhypothèse ainsi confirmée


La rédaction
L'introduction situe rapidement l'œuvre et l'auteur, présente le texte qui va être analysé, la problématique que l’on va traiter puis annonce les grandes étapes du développement. Elle a pour but d'intéresser et de guider le lecteur et doit être très soignée tant par son contenu que par sa forme.
On la met en valeur en la rédigeant en un seul paragraphe de 10 lignes environ, nettement distinct du développement (passer au moins une ligne entre les deux).
Les titres d'œuvres sont soulignés, les titres de poèmes ou de chapitres ne le sont pas mais sont écrits entre guillemets.
Le développement doit distinguer visuellement au moins deux grandes étapes (passer une ligne entre les deux), chacune étant divisée en au moins deux sous-parties (faire des alinéas pour bien marquer les paragraphes)
Chaque grande partie doit commencer par une phrase qui formule son idée générale et s'achever par une phrase de transition (bilan de l'étape et annonce de la suivante)
Chaque sous partie commence par une phrase qui exprime son idée générale et un connecteur qui la relie à la sous-partie précédente.
A l'intérieur de ces sous-parties l'argumentation doit nettement prendre appui sur le texte ; il faut donc citer le texte, en respectant la disposition des vers s’il y en a, et commenter les passages que l'on cite. (voir pages 2 et 3 de ce document)
Les citations, toujours entre guillemets, sont annoncées par la ponctuation (les deux points) ou intégrées syntaxiquement dans les phrases. Les parenthèses sont à éviter.
La conclusion dresse un bilan de l'étude et s'achève, autant que possible, sur une citation aussi pertinente que possible ou un élargissement sur un problème littéraire ou humain posé par le texte ou un rapprochement avec une autre œuvre.

La correction
Relire le devoir pour s'assurer qu'il ne subsiste aucune erreur d'orthographe ou de syntaxe.

Les citations, mode d’emploi (élaboré à partir des travaux mis à ma disposition par ma très aimable collègue et amie, E. Vergne)

Les citations sont essentielles. Si vous ne citez pas, vos propos ne sont pas justifiés par un recours au texte et l’on peut donc mettre en doute votre interprétation. Les exemples que je vous propose ci-dessous sont en italique.
a. Comment analyser/exploiter une citation ? Il faut expliquer ce qui, dans la citation, illustre votre interprétation. Exemple : Dom juan est un séducteur : « Ah !la belle personne, et que ses yeux sont pénétrants ! ». Ici, on a une interprétation : DJ est un séducteur et une citation : il manque une analyse = ce qui dans ma citation illustre la séduction.  L’exclamation « ah ! » en début de phrase, ainsi que l’emploi de termes laudatifs comme « belle personne » et « yeux pénétrants » traduisent la volonté de flatter Charlotte et de la séduire. L’analyse a donc recours à des termes techniques (des procédés). Mais attention, on ne vous demande pas pour autant de faire un inventaire des procédés du texte : tout ceci doit être mêlé à l’interprétation et c’est ce qui est le plus délicat !
b. A quelle place dans la phrase introduire une citation ? Evitez en début de phrase car ceci interrompt le fil du propos, de même ne construisez jamais une phrase seulement avec une citation. Construisez votre phrase au moins autour de deux des éléments suivants : le procédé, son interprétation (son effet) et la citation. Vous avez plusieurs possibilités :
- Procédé(s) + la citation + l’interprétation : exemple cité plus haut
- l’interprétation + procédé(s) + la citation : La volonté de séduire Charlotte et de la flatter est manifeste à travers le recours à l’exclamation « ah ! » en début de phrase, et aux termes laudatifs comme « belle personne » et « yeux pénétrants ».
- interprétation + citation + procédé(s), parfois un peu plus long : La volonté de séduire Charlotte et de la flatter est manifeste dès les premières phrases : « Ah !la belle personne, et que ses yeux sont pénétrants ! » à travers le recours à l’exclamation « ah ! » en début de phrase, et aux termes laudatifs comme « belle personne » et « yeux pénétrants ».
c. Par quels moyens introduire une citation ?
- vous remarquerez qu’on veille toujours à introduire les citations soit par un verbe soit par un signe de ponctuation [ : ]. Il faut varier les verbes introducteurs.
- Voici deux tournures à éviter :
-« tel procédé montre » traduit, souligne, met en relief…
-« Il utilise », donne l’impression d’une liste de procédés de style, d’un inventaire.
Veillez à lier vos phrases, à faire progresser le propos.

d. Quels sont les signes d’ une citation inutile dans un commentaire ou une lecture analytique ?
- elle est généralement assez longue et souvent introduite par un verbe de parole : Don Juan dit, affirme, répond : « que cette taille est jolie ! ». L’emploi de verbes de paroles nous place davantage dans un « résumé » du texte ou dans la paraphrase.
- elle n’est pas précédée ou suivie de termes d’analyse, techniques ou qui en expliquent le fonctionnement. Soit vous n’en dites rien, soit vous la reformulez avec vos mots : Don Juan fait l’éloge de Charlotte, il la trouve belle et séduisante : « que cette taille est jolie ! ». Dans ce cas, vous ne faites que répéter le texte ou le paraphraser, rien ne permet de comprendre le fonctionnement de la phrase que vous citez.
e. Comment repérer des citations maladroites ?
- Vos citations sont trop longues : vous proposez les phrases dans leur entier, ce qui occupe plusieurs lignes : on perd le fil du propos et vous ne mettez pas assez en avant ce qui est intéressant dans la citation. Ne citez que ce que vous souhaitez exploiter, sélectionnez quelques mots seulement. DJ cherche à se justifier : « Vous méritez sans doute une meilleure fortune, et le Ciel, qui le connaît bien, m'a conduit ici tout exprès pour empêcher ce mariage, et rendre justice à vos charmes ; car enfin, belle Charlotte, je vous aime de tout mon cœur, et il ne tiendra qu'à vous que je vous arrache de ce misérable lieu, et ne vous mette dans l'état où vous méritez d'être. » Dans cette citation, on peut explorer plusieurs pistes : l’exagération du rôle de DJ envoyé du Ciel, la dépréciation de la condition de Charlotte : « misérable lieu», « vous mette dans l'état où vous méritez d'être. » afin de lui faire miroiter une ascension sociale, la demande en mariage implicite, le pseudo-rôle décisionnaire de charlotte…. Et en fonction de la piste choisie on ne citera et analysera que les mots concernés.
-Vous enchaînez les citations sur plusieurs lignes : à force de citer ainsi les extraits, vous faites perdre le fil du propos et vous n’analysez plus dans le détail. Si vous citez un champ lexical, proposez 3 ou 4 termes maximums, pour un autre procédé, proposez 2 à 3 courts extraits seulement.
C’est une sorte de dialogue entre deux thèses opposées.