Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Licence Creative Commons
Rienquepourvous.over-blog.com de Josiane BICREL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

 

 

QR Code à flasher

QR Code

Publié par jbicrel

Pour remporter le point joker de cette 15e semaine, attention, il faut être inventif !

En effet, il s'agit d'écrire en 200 mots, pas un de plus, pas un de moins un texte en prose ou en vers comprenant les mots : courtepointe, frénésie, glorifier et cramoisi que vous pouvez toutefois mettre au pluriel si ça vous chante, conjuguer si ça vous plait, et déplacer autant que vus le voulez.

Bien entendu, délires orthographiques à exclure !

À vendredi !

[Récréation] L'énigme de la 15e semaine 2015

Commenter cet article

Loana R. 11/04/2015 21:07

Mais oui mais c'est une histoire inventée

Bonnes vacances

jbicrel 11/04/2015 21:40

Bravo. Tu as vu ? elle est maintenant sur libellulus

Loana 11/04/2015 21:06

Mais oui mais c'est une histoire inventée.

Bonnes vacances

loana Rifflard 11/04/2015 14:33

Au vingtième siècle, le roi Don Tacos vivait en Espagne, il était le plus connu de ce monde à cette époque, il avait trois filles. Agathe, l'ainée, était douée pour la musique, lorsqu'elle chantait des perles sortaient naturellement de sa bouche telle une diva d'opéra.

Victoria, la cadette, avait un don pour la danse, ses bras et ses jambes étaient en parfaite harmonie avec le reste de son corps. Des idées et des émotions faisaient vibrer les spectateurs qui étaient aussi ses admirateurs, ils l'admiraient.

Ces jeunes filles représentaient le peuple d'Espagne qui les glorifiait et les vénérait.
On leur offrait des objets de valeur, des couronnes de diamants, et bien d'autres présents encore.

Lise, la benjamine était la mal-aimée de la famille, c'était l'esclave de la maison. Elle créait des courtepointes doublées de coton ou de duvet, piquées ou brodées pour toute la Cour, elle était très malheureuse par cette injustice.
Pour le mariage d'Agathe, le roi invita tout le royaume, la fête battait son plein dans une frénésie incontrôlable. Les invités chantaient, dansaient, se goinfraient et consommaient énormément d'alcool, leur visage était cramoisi par la chaleur que dégageait leur corps.

Une festivité dont les invités se souviendront longtemps.

jbicrel 11/04/2015 17:35

200 mots exactement. Bravo ! en revanche, au XXe siècle, vraiment ? Je l'aurais su ! en rois mots, ce pourrait-être "Au temps jadis" ou "En ce temps-là". Qu'en penses-tu ?

Loana Rifflard 09/04/2015 23:16

Le roi Don Tacos vivait en Espagne, il était le plus connu de ce monde à cette époque, il avait trois filles. Agathe, l'ainée, était douée pour la musique, lorsqu'elle chantait des perles sortaient naturellement de sa bouche telle une diva d'opéra.
Victoria, la cadette, avait un don pour la danse, ses bras et ses jambes étaient en parfaite harmonie avec le reste de son corps. Des idées et des émotions faisaient vibrer les spectateurs qui étaient aussi ses admirateurs, ils l'admiraient.

Ces jeunes filles représentaient le peuple d'Espagne qui les glorifiait et les vénérait.
On leur offrait des objets de valeur, des couronnes de diamants, et bien d'autres présents encore.

Lise, la benjamine était la mal-aimée de la famille, c'était l'esclave de la maison. Elle créait des courtepointes doublées de coton ou de duvet, piquées ou brodées pour toute la Cour.
Pour le mariage d'Agathe, le roi invita tout le royaume, la fête battait son plein dans une frénésie incontrôlable. Les invités chantaient, dansaient, se goinfraient et consommaient énormément d'alcool, leur visage était cramoisi par la chaleur que dégageait leur corps.

Une festivité dont les invités se souviendront.

jbicrel 10/04/2015 23:10

Mon traitement de texte ne compte que 189 mots mais comme c'est le seul texte, c'est bien sûr le plus approchant. Alors, 11 mots encore pour bien finir l'histoire ?