Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Licence Creative Commons
Rienquepourvous.over-blog.com de Josiane BICREL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

 

 

QR Code à flasher

QR Code

Publié par J.Bicrel

Testez en ligne en cinq minutes votre niveau grâce au projet Voltaire ici.


 

Le français sans fautes n'a pas dit son dernier mot. Les entreprises, inquiètes des lacunes en orthographe de leurs recrues, tentent de les combler.


La "science des ânes", comme l'appelaient ses détracteurs, tiendrait-elle sa revanche? Délaissée, malmenée, torturée ces dernières années dans les copies d'examens et jusque dans les communiqués du ministère de l'Education nationale, l'orthographe refait l'objet de soins attentifs. A l'école, mais aussi dans les entreprises qui ont pris le taureau par les cornes en constatant les ravages des e-mails et des textos sur la production écrite de leur personnel.

Une nouvelle espèce est ainsi apparue dans les bureaux: le "coach en orthographe". "Les salariés se rendent compte aujourd'hui que ce n'est pas la faute en elle-même qui est gênante, mais l'effet négligé qu'elle renvoie", souligne l'un des pionniers du genre, Bernard Fripiat, agrégé d'histoire et auteur de Se réconcilier avec l'orthographe (Demos). Et la mauvaise publicité qu'elle entraîne, par ricochet, pour l'employeur. Les stages de Bernard Fripiat brassent large, du chef d'entreprise à l'assistante de direction.

"Il s'agit souvent de fautes d'attention, relève le consultant. Aujourd'hui, on écrit tout soi-même, sans secrétaire, tout doit être envoyé très vite. Cela contribue à multiplier les fautes." N'empêche: les lacunes sont telles que les cabinets de recrutement font maintenant de l'orthographe un critère de sélection. "Pour des métiers qui comportent une part de rédactionnel, on signale au client le candidat qui a de gros problèmes", confirme Sébastien Hampartzoumian, directeur de l'agence Page personnel.

Du coeur à l'ouvrage

Qu'ils s'intéressent aux expressions, aux mots, aux règles de grammaire, ou qu'ils dissertent des vertus du français, les livres sur notre langue font toujours recette. Sorti en 2007, l'ouvrage La Révolte des accents, d'Erik Orsenna, s'est vendu à 80 000 exemplaires. Le précis de Marianne Tillier, Les Expressions de nos grands-mères, paru en 2008, a attiré 55 000 lecteurs. Les raisons de ce succès? "Le rapport passionnel que les Français entretiennent avec leur langue, explique Xavier North, délégué général au ministère de la Culture, qui organise la Semaine de la langue française et de la francophonie (du 20 au 27 mars) en partenariat avec L'Express. La langue est l'un des éléments constitutifs de l'identité nationale, avec le territoire et la citoyenneté." Le dictionnaire n'est-il pas le seul livre qui soit présent dans presque tous les foyers français?

Le français, bientôt parmi les langues étrangères?

Patron d'une société d'enseignement à distance, Pascal Hostachy a mis au point un programme en ligne -le projet Voltaire- permettant aux candidats à l'emploi de tester leur niveau. "Ceux qui réalisent un bon score peuvent ensuite le mentionner sur leur CV, comme cela se fait pour l'anglais avec le TOEIC", explique son concepteur. Le français figurera-t-il bientôt parmi les langues étrangères? S'il y a de quoi s'inquiéter, ces solutions pragmatiques séduisent en tout cas les instituts universitaires de technologie (IUT). Une trentaine d'entre eux utilisent les exercices du programme Voltaire.

"Peu d'étudiants comprennent l'importance de l'orthographe pour leur carrière, il faut les sensibiliser", reconnaît Hugues Garnier, de l'IUT de Nancy-Brabois. Les modules de renforcement orthographique du Centre national d'enseignement à distance (Cned) sont de plus en plus prisés. D'autres initiatives surgissent çà et là, comme la dictée annuelle de l'Ecole centrale d'électronique (ECE), inspirée de celle de Bernard Pivot, pour les élèves de classes préparatoires scientifiques. Des centraliens et des normaliens n'hésitent pas à venir, eux aussi, s'y frotter. La jeune garde a du boulot!

Olivier Faure L'Express, 17/03/10 http://www.lexpress.fr/actualite/societe/gare-a-l-orthogaffe_855863.html

Et vous, pensez-vous qu'il faut simplifier les règles de l'orthographe? Pensez-vous qu'il faut être exigeant dans ce domaine et proposer plus d'entraînement ? Seriez-vous prêts à payer un coach ? une certification ?

Commenter cet article