Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Licence Creative Commons
Rienquepourvous.over-blog.com de Josiane BICREL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

 

 

QR Code à flasher

QR Code

Publié par jbicrel

"À bas les lâches ! à bas les faux frères !"

Toute la bande de grévistes était accourue. En moins de trois minutes, il ne resta (passé simple car l'action est achevée et délimitée dans le temps par "En moins de trois minutes) pas un homme dans les bâtiments, les cinq cents de Montsou se rangèrent en deux files [...] Et, à chaque nouveau mineur apparaissant sur la porte du goyot, avec les vêtements en loques et la boue noire du travail, les huées redoublaient (car c'est une action répétée "à chaque nouveau mineur apparaissant)"

Seule Loane a bien complété convenablement les deux verbes en gras ! Elle gagne un point joker. Bravo !

Pensez donc à revoir la leçon !

Hugo, Marc, Marilou,Anaëlle, Émie ont su dire pourquoi des personnages sont insultés de "traitres" et "lâches" dans cet extrait de Germinal heureusement. Je leur donne 0.5 point joker.

Image :Jules Adler ( 8 Jul 1865 - 11 Jun 1952) La Grève au Creusot,1899,(C) ADAGP, Paris,Credit: Photo (C) RMN-Grand Palais / Benoît Touchard,Pau, musée des Beaux-Arts

 
[Récréation] L'énigme de la 48e semaine

Commenter cet article

Hugo Le Chanu 08/12/2016 19:53

Il ne restait
les huées redoublaient
Ils sont traitées comme ça car il refusent de faire grève et continuent à travailler dans la mine

TALBOURDET Lison 08/12/2016 19:31

Le premier verbe est : restait et le deuxième : redoublèrent.
Les personnages sont insultés de "traîtres" et de "lâches" car les mineurs ne sont pas bien payés alors qu'ils risquent leur vie en descendant dans les mines.

TALBOURDET Lison 4D

marc le nouvel 07/12/2016 20:12

À bas les lâches ! à bas les faux frères !"

Toute la bande de grévistes était accourue. En moins de trois minutes, il ne resta pas un homme dans les bâtiments, les cinq cents de Montsou se rangèrent en deux files [...] Et, à chaque nouveau mineur apparaissant sur la porte du goyot, avec les vêtements en loques et la boue noire du travail, les huées redoublérent.."
les mineurs divisés les uns conduits par etienne veulent la grêve génerale, les autres conduits par chaval veulent continuer de travailler.Les uns vont descendre dans la mine malgré la grève donc etienne et ses hommes décident de couper les cables mais laissent les échelles.Au début de ce passage,les mineurs conduits par Chaval remontent du puit et sont accueuillis par des huées par les hommes de etienne (ceux de Montsou)...

daniel marilou 05/12/2016 18:20

- restait
- redoublaient
Les personnages sont traités ainsi car ils sont allés travailler dans les mines alors que c'était la grève.

Anaelle 04/12/2016 17:10

-Il ne resta
-Les huées redoublèrent
Les personnages sont insultés de "traitres" et "lâches " car certains grévistes ont repris le travail pour manger et nourrir leurs familles. Ils ne sont donc plus solidaires avec les autres.

Rousseau savary Emie 04/12/2016 15:35

"À bas les lâches ! à bas les faux frères !"

Toute la bande de grévistes était accourue. En moins de trois minutes, il ne restait pas un homme dans les bâtiments, les cinq cents de Montsou se rangèrent en deux files [...] Et, à chaque nouveau mineur apparaissant sur la porte du goyot, avec les vêtements en loques et la boue noire du travail, les huées redoublaient."

Les personnages sont ilsultés de lâches et de traites car eux ne sont pas grévistes mais sont restés au travail.

ROUAULT Loane 02/12/2016 18:19

Le premier verbe en gras est "resta", le second est "redoublaient". Des personnages sont insultés de "traitres" et "lâches" dans cet extrait car ils sont repartis travailler dans les mines alors que tous s'étaient promis de faire la grève jusqu'à ce que leur salaire soit augmenté.

jbicrel 09/12/2016 18:11

Bravo Loane !