Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rienquepourvous.net de  Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Je donne volontiers l'accès aux séquences en échange d'1 euro 38 pour participer à la gestion du blog. Pour cela, j'ai créé un compte https://www.paypal.com/paypalme/jbicrel et jai aussi une app Paylib pour smarthphone (demandez-moi le numéro)

QR Code à flasher

Je donne gracieusement les mots de passe des documents protégés mais exclusivement aux collègues qui m’écrivent leur demande en commentaire avec une adresse académique. La Licence indiquée sur le blog est bien entendu à respecter

 

QR Code

 

 

 

 

 

 

 

Publié par jbicrel

Lis ces vers extraits d'une longue tirade de Rodrigue dans Le Cid :

Sous moi donc cette troupe s’avance,
Et porte sur le front une mâle assurance.

Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,
Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
Les plus épouvantés reprenaient de courage !
J’en cache les deux tiers, aussitôt qu’arrivés,
Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouvés ;
Le reste, dont le nombre augmentait à toute heure,
Brûlant d’impatience autour de moi demeure,
Se couche contre terre, et sans faire aucun bruit,
Passe une bonne part d’une si belle nuit.
Par mon commandement la garde en fait de même,
Et se tenant cachée, aide à mon stratagème ;
Et je feins hardiment d’avoir reçu de vous
L’ordre qu’on me voit suivre et que je donne à tous.
Cette obscure clarté qui tombe des étoiles
Enfin avec le flux nous fait voir trente voiles ;
L’onde s’enfle dessous, et d’un commun effort
Les Mores et la mer montent jusques au port.
On les laisse passer ; tout leur paraît tranquille ;
Point de soldats au port, point aux murs de la ville.
Notre profond silence abusant leurs esprits,
Ils n’osent plus douter de nous avoir surpris ;
Ils abordent sans peur, ils ancrent, ils descendent,
Et courent se livrer aux mains qui les attendent.

Avec combien de soldats, allongés sur le sol, Rodrigue attend-il les Mores ? Loana est la seule à savoir compter ! Elle remporte encore le point joker de la 17e semaine.

[Récréation] L'énigme de la 17e semaine
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Loana Rifflard 22/04/2016 19:53

Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,

J’en cache les deux tiers, aussitôt qu’arrivés,

Il cache les deux tiers soit 2000 soldats. Rodrigue attend les Mores avec 1000 soldats allongés sur le sol.

Un génial stratagème :

Rodrigue cache la majeure partie de ses hommes dans les bateaux, les autres se couchant à terre en attendant l'ennemi.
Bientôt, avec la marée montante, trente voiles se profilent à l'horizon. Rodrigue laisse les navires des Mores accoster. Ne voyant personne, ils débarquent en toute confiance.
Aussitôt Rodrigue bondit, imité par tous ses hommes. Profitant de l'effet de surprise, ils se livrent alors à un véritable massacre.
Les Mores se ressaisissent au bout d'un moment, et se défendent farouchement.
.
Enfin, le jour se levant, Rodrigue se voit le plus fort. Ceux qui croyaient prendre Séville ne prendront que la fuite, laissant même leurs rois à terre. Après une résistance aussi héroïque qu'inutile, ces derniers se rendent à Rodrigue qu'ils nomment leur Cid, ce qui signifie Seigneur dans leur langue.


http://www.lelivrescolaire.fr/#!manuel/38/francais-4e/chapitre/359/le-theatre-a-lage-classique-le-cid-de-pierre-corneille-1660/page/692622/le-recit-du-combat-quand-rodrigue-devient-le-cid/lecon