Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Licence Creative Commons
Rienquepourvous.over-blog.com de Josiane BICREL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

 

 

QR Code à flasher

QR Code

Publié par jbicrel

Le barrot tremblait ; lui, il chantait. C'était une étrange gamopétalie félatier. Les ballonniers couraient après lui, il était plus leste qu'eux. Il jouait on ne sait quel effrayant jeûneur de cache-poussière avec la mortaiseuse ; chaque fois que la facilitation camarde du spéculifère s'approchait, la gamopétalie lui donnait un picois.
Un ballonnier pourtant, mieux ajusté ou plus traître que les autres, finit par atteindre l'enferrure félatier.

Voilà ce qui résulte du mariage de la plus connue des méthodes oulipiennes S+7 avec le dictionnaire Le Littré et un des plus émouvants récits de la littérature française.

Hélas personne n'a su identifier très précisément ce récit même si Loana avait une bonne intuition du code.

Voici ce que vous deviez trouver, page 282 des Misérables :

"La barricade tremblait ; lui, il chantait. C'était un étrange gamin-fée. Les balles couraient après lui, il était plus leste qu'elles. Il jouait on ne sait quel effrayant jeu de cache-cache avec la mort : chaque foi que la face camarde du spectre s'approchait, le gamin lui donnait une pichenette."

Et maintenant, sauriez-vous dire qui est ce gamin-fée et où se déroule cette scène ?

illustration : Art informel Jimenes ballaguer http://fr.wikipedia.org/wiki/Art_informel

 

[Récréation]L'énigme de la 25e semaine !

Commenter cet article

Loana rifflard 21/06/2014 19:16

Mais oui, mais avec le dico je me suis trompée de mots,

Et pour cette nouvelle réponse le gamin-fée est GAVROCHE cette scène se déroule à PARIS

pour l'histoire :

Texte A : Victor Hugo, Les Misérables (1862)

La mort de Gavroche

Gavroche est un gamin qui vit dans la rue. Lors des émeutes à Paris, en 1832, qui oppose le peuple au gouvernement royaliste, Gavroche monte sur les barricades, et sous les balles de l’armée au service du pouvoir en place, il cherche à récupérer des munitions, en fouillant les sacoches des soldats tués, afin d’aider les insurgés. Pour se moquer de ceux qui lui tirent dessus, il chante une chanson révolutionnaire.
Le spectacle était épouvantable et charmant. Gavroche, fusillé, taquinait la fusillade. Il avait l'air de s'amuser beaucoup. C'était le moineau becquetant les chasseurs. Il répondait à chaque décharge par un couplet. On le visait sans cesse, on le manquait toujours. Les gardes nationaux et les soldats riaient en l'ajustant. Il se couchait, puis se redressait, s'effaçait dans un coin de porte, puis bondissait, disparaissait, reparaissait, se sauvait, revenait, ripostait à la mitraille par des pieds de nez, et cependant pillait les cartouches, vidait les gibernes et remplissait son panier. Les insurgés, haletants d'anxiété, le suivaient des yeux. La barricade tremblait ; lui, il chantait. Ce n'était pas un enfant, ce n'était pas un homme ;
c'était un étrange GAMIN-FEE

On eût dit le nain invulnérable de la mêlée. Les balles couraient après lui, il était plus leste qu'elles. Il jouait on ne sait quel effrayant jeu de cache-cache avec la mort ; chaque fois que la face camarde du spectre s'approchait, le gamin lui donnait une pichenette.
Une balle pourtant, mieux ajustée ou plus traître que les autres, finit par atteindre l'enfant feu follet. On vit Gavroche chanceler, puis il s'affaissa. Toute la barricade poussa un cri ; mais il y avait de l'Antée dans ce pygmée ; pour le gamin toucher le pavé, c'est comme pour le géant toucher la terre ; Gavroche n'était tombé que pour se redresser ; il resta assis sur son séant, un long filet de sang rayait son visage, il éleva ses deux bras en l'air, regarda du côté d'où était venu le coup, et se mit à chanter :
Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute à...
Il n'acheva point. Une seconde balle du même tireur l'arrêta court. Cette fois il s'abattit la face contre le pavé, et ne remua plus. Cette petite grande âme venait de s'envoler.
Camard : qui a le nez plat et écrasé (la Camarde = la Mort)
Pichenette : un petit coup que l’on porte avec la main sur quelque chose comme pour s’en débarrasser.
Le géant Antée était fils de la Terre. Il reprenait force dès qu'il touchait le sol.
Pygmée : un homme très petit.
Texte B – Jules Vallès, L'Enfant (1879)

JBicrel 19/06/2014 22:26

S représente le substantif c'est à dire le nom commun. Le dictionnaire utilisé est donné dans la page usuels et documents de ce blog. C'est le Littre

RIFFLARD Loana 19/06/2014 20:04

j'ai du mal avec cette énigme S c'est le mot du texte et 7 cela doit correspondre peut-être au 7ème mot du dictionnaire .... Faut-il un dictionnaire lettré ou normal ?
J'ai commencé par Le baryton trembleur étranglée hum !